Jeanne d’Arc. Une figure d’héroïsme et de sainteté

Jeanne d'Arc, un numéro Documents Episcopat paru en novembre 2019.

Jeanne d’Arc, un numéro Documents Episcopat paru en novembre 2019.

« Jeanne d’Arc », Documents Episcopat n°12/2019, publication du Secrétariat général de la Conférence des évêques de France.

Les évêques de France ont souhaité marquer le centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc (1920-2020) et de l’institution d’une fête « nationale et patriotique » en son honneur. En revenant sur cette grande figure, ils nous invitent à saisir l’importance dans l’histoire de l’Église, et aussi dans notre histoire nationale, de l’héroïsme et de la sainteté de Jeanne.

Jeanne d’Arc, fêté dans les diocèses « johanniques »

En 2020, à l’occasion de ce centenaire, sainte Jeanne d’Arc a été particulièrement célébrée par les diocèses d’Orléans, de Rouen, de Saint-Dié, et au total 14 diocèses dits « johanniques » :

  • « Message pour toi qui vas au caté » : un temps de catéchèse avec Jeanne d’Arc

    Toi qui vas au caté ... ou qui justement ne peux plus y aller en ce temps de confinement ... Le Service diocésain de catéchèse de Rouen interpelle directement les enfants et les invite à vivre en famille un temps de catéchèse autour des lectures de dimanche prochain. Une belle initiative en catéchèse de l'enfance, à l'aube de l'entrée en Avent.

  • Sur Youtube, 14 paroles adressées aux jeunes chrétiens en l’honneur de Jeanne d’Arc

    Malgré le confinement, l’Association Orléans Jeanne d’Arc a décidé de fêter coûte que coûte Sainte Jeanne d’Arc et le centenaire de sa canonisation le 1er mai 2020. En lieu et place des festivités de rue prévues à Orléans, le rassemblement s'est fait « en live » sur YouTube autour de nombreuses personnalités. Une proposition 100% numérique pour cette édition originale de la Fête de la jeunesse chrétienne en l’honneur des 100 bougies de Sainte Jeanne d’Arc, qui permet à de nombreux jeunes de se joindre via leurs écrans, en live ou en replay, à cette journée d’hommage.

L’édito de Monseigneur Batut, évêque de Blois

Peu de figures de l’histoire de l’Église et de notre histoire nationale sont aussi parado­xales que celle de Jeanne d’Arc: une jeune fille qui a eu un rôle géopolitique majeur à une époque où l’engagement des femmes dans la vie de la cité était encore inimaginable; une chrétienne obéissante à l’Église et mise à mort après une condamnation en bonne et due forme par un tribunal ecclésiastique; une figure politiquement inclassable, mais revendiquée tour à tour par les mouvances les plus diverses; une sainte magnifiée par la république laïque comme une figure emblématique de la construction de notre identité nationale. Au bout du compte, Jeanne d’Arc apparaît comme fédératrice des contraires et réconciliatrice des oppositions en apparence les plus irréductibles, sans pour autant se laisser récupérer par personne : elle se tient sur cette ligne de crête qu’ont occupée de nombreux saints, à l’image de leur Seigneur qui a brisé le mur de la haine et qui « des deux n’a fait qu’un seul » (Ep 2, 14).

C’est sans doute pour cette raison que la postérité spirituelle de Jeanne est également si multiforme. À côté des hagiographes et des historiens, peintres, sculpteurs, compositeurs, réalisateurs et poètes l’ont magnifiée dans des œuvres majeures. À quoi tient l’attrait étonnant qu’elle exerce ? Sans doute en premier lieu à la beauté d’une vie qui s’est déroulée toute droite, pleinement identifiée à la mission qu’elle avait reçue d’en-haut. Notre époque, souvent plus familière des paroles galvaudées que des paroles tenues, a grand besoin de tels exemples. À la fragilité aussi d’une jeune fille qui ose s’aventurer dans un monde brutal et dont l’innocence et l’autorité naturelle tiennent en respect les plus retors :

« Et c’est le souvenir qu’a laissé sur ces bords

Une enfant qui menait son cheval vers le fleuve.

Son âme était récente et sa cotte était neuve.

Innocente elle allait vers le plus grand des sorts.

Car celle qui venait du pays tourangeau,

C’était la même enfant qui quelques jours plus tard,

Gouvernant d’un seul mot le rustre et le soudard,

Descendait devers Meung ou montait vers Jargeau »1.

Mais peut-être y a-t-il aussi dans le « mystère » de Jeanne d’Arc quelque chose de plus approprié encore pour une époque comme la nôtre, à ce point assaillie d’angoisses qu’elle n’arrive qu’à grand peine à se projeter dans l’avenir. Venue d’un lointain XVe siècle marqué par le grand schisme d’Occident, par une guerre dite « de Cent Ans » qui dura en fait cent seize ans et fit tomber la population de la France de 15 à 10 millions d’habitants, puis par le fléau de la peste qui élimina près de la moitié des habitants de l’Europe, son indéfectible espérance fait songer à cette réflexion d’un biographe de saint Augustin : « Il nous apprend, par son exemple, un art de vivre par temps de catastrophe »2.

Les évêques de France, et en particulier la quinzaine de diocèses directement concernés par l’épopée de Jeanne d’Arc, ont souhaité marquer le centenaire de sa canonisation et de l’institution en France d’une fête « nationale et patriotique » en son honneur par une série de commémorations et par le numéro de Documents Épiscopat que vous avez entre les mains. Nous souhaitons qu’il puisse aider à prendre la mesure de l’importance de sainte Jeanne d’Arc dans l’histoire de l’Église et dans notre histoire nationale en particulier, qui, en dépit des drames qui la jalonnent, a été et demeure une histoire d’héroïsme et de sainteté.

1. Charles Péguy, Châteaux de Loire, 1913.

2. Henri Marrou, Saint Augustin et l’augustinisme, éd. Seuil, 1955, p. 7.

Approfondir votre lecture

  • 19 mars : célébration en équipe, en paroisse, pour vivre cette année avec saint Joseph

    Avec ces propositions de célébrations élaborées en l’honneur de l’année saint Joseph, le service de catéchèse et le service du catéchuménat du diocèse d’Arras offrent aux personnes en responsabilité une occasion de redynamiser leurs équipes. Ces temps pourront être vécus avec les enfants et les familles des enfants catéchisés, des jeunes, des adultes en chemin vers le baptême, en invitant la communauté paroissiale …

  • Méditations de Carême : cheminer vers Pâques à l’école de saint Joseph, père aimant

    Dans sa lettre apostolique Patris corde, le pape nous propose une belle et profonde méditation sur la figure de saint Joseph. En ce temps de Carême, nous avons tant de choses à découvrir à l’école de saint Joseph, père attentif, père au courage créatif, père aimant, … Voici une série de méditations hebdomadaires proposée par le SNCC, pour chaque dimanche de Carême. Ces méditations s’appuient sur la lecture d’extraits de Patris corde.

  • « Une chance extraordinaire » : la joie d’être catéchiste auprès d’enfants porteurs de handicap

    Odile assure la catéchèse auprès d’enfants porteurs de handicap dans le diocèse de Toulouse. Elle en témoigne dans cette vidéo, évoquant la joie, la pagaille, les chants, la prière gestuée … et la tendresse de Marie, « maman par excellence », à l’égard de ces enfants et de tous les enfants du monde.