Formations pour découvrir et approfondir les racines juives du christianisme

Le Service national pour les relations avec le Judaïsme (SNRJ) a créé deux parcours de formation permanents et gratuits ouverts à toutes les personnes désireuses de dialogue avec la communauté juive : des parcours d’initiation et d’approfondissement à la découverte des racines juives du christianisme.

Deux parcours de formation sont mis à dispositions :

  • Un parcours d’initiation destiné, entre autres, aux nouveaux délégués diocésains pour les relations avec le judaïsme ainsi qu’à toutes les personnes désireuses de découvrir les racines juives du christianisme.

Il est particulièrement intéressant pour les catéchistes, animateurs de jeunes et accompagnateurs de catéchumènes.

Vous pouvez découvrir le programme de chaque parcours ci-dessous :

Un parcours d’initiation :

    • Un Peuple, une Torah, une Terre
    • Étude biblique de Romains 9 à 11
    • Antijudaïsme – antisémitisme
    • Alliance – Élection
    • Introduction à l’Ancien Testament
    • Torah écrite, torah orale
    • Ce que dit l’Église sur son lien au judaïsme et au peuple juif
    • Commentaire rabbinique de la Bible
Un parcours d’approfondissement :

    • Histoire des relations entre juifs et chrétiens
    • Le Talmud
    • Histoire du mouvement sioniste ou le lien séculaire entre le peuple juif et le pays d’Israël
    • Les étapes du conflit israélo-arabe et les tentatives de paix
    • L’expérience d’une société juive majoritaire dans l’État d’Israël
    • Les courants du judaïsme
    • La notion d’accomplissement

L’intérêt de ces formations est multiple pour la catéchèse.

Elles permettent de mieux comprendre les racines juives du christianisme :

  • En aidant à entrer dans la dynamique de la Révélation divine, déployée dans les récits bibliques à travers l’alliance de Dieu avec Israël.
  • En approfondissant les liens entre la liturgie chrétienne et la liturgie juive.
  • En présentant l’inspiration de la tradition juive dans les prières chrétiennes.
  • En abordant l’histoire des relations entre Juifs et Chrétiens posant ainsi les fondements du dialogue pour construire des relations toujours plus fraternelles.

« Du fait d’un si grand patrimoine spirituel, commun aux chrétiens et aux Juifs, le saint Concile veut encourager et recommander la connaissance et l’estime mutuelles, qui naîtront surtout d’études bibliques et théologiques, ainsi que d’un dialogue fraternel. »

Déclaration Nostra aetate, 1965

Le Service national pour les relations avec le judaïsme (SNRJ) a fait appel à des intervenants reconnus pour leurs compétences et leurs pédagogies.
Vous découvrirez deux vidéos mises en lignes chaque mois.

Pour aller plus loin

  • Les juifs et le judaïsme dans la catéchèse de l’Église catholique

    Lors de la journée de formation Servir la foi de l'Eglise dans les documents catéchétiques, le père Marc Rastoin, jésuite, bibliste, était invité à intervenir sur le thème « Lecture des notes romaines de 1985 : pour une correcte présentation des juifs et du judaïsme dans la catéchèse de l’Église catholique ». Voici son exposé sous la forme 5 questions/réponses.

  • Relations avec le judaïsme : un site web pour les acteurs du dialogue entre Juifs et Chrétiens

    Le Service national pour les relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques propose deux nouveaux outils au service des relations entre Juifs et Chrétiens : un nouveau site Web disponible à l'adresse relationsjudaisme.catholique.fr et une newsletter mensuelle.

  • « Parler de Palestine au temps de Jésus est un anachronisme »

    De nombreux sites, documents de catéchèse ou de culture religieuse, désignent la terre d'Israël au 1er siècle sous la dénomination de « Palestine », mentionnée en particulier dans les titres des cartes ou le contexte du pays où Jésus Christ a vécu.

  • « On ne prononce pas YHWH, le Nom de Dieu »

    Dans la liturgie, lorsque le Nom de Dieu, le tétragramme YHWH, apparaît, on ne le vocalise plus en disant « Yahvé » mais on le remplacera par « le Seigneur » ou Dieu, comme le Saint-Père l’a demandé depuis 2001. Les textes du Magistère romain s’appliquent à la liturgie mais on pourra par extension les appliquer aux documents de catéchèse puisqu’il s’agit de ne pas nommer l’indicible.

  • Nostra Aetate : « Du lien spirituel et de l’estime mutuelle entre chrétiens et juifs »

    Les responsables de la mission catéchétique de l’Eglise peuvent lire et redire l’enseignement « du lien spirituel et de l’estime mutuelle entre chrétiens et juifs » que le concile Vatican II a proclamé dans le décret Nostra Aetate du 28 octobre 1965 au paragraphe 4. C’est en ce sens qu’il nous faut grandir ensemble pour honorer vraiment le Dieu d’Abraham, notre Père commun.

  • L’antisémitisme, entre refus de l’altérité et tentation de l’« Homme-Dieu »

    L’antisémitisme traduit le refus de l’altérité, conduit à l’athéisme et à la tentation de façonner un « Homme-Dieu ». Le père Laurent Stalla-Bourdillon, directeur du Service pastoral d’études politiques du diocèse de Paris, chargé de l’accompagnement pastoral à l’Institut supérieur de formation de l’enseignement catholique des diocèses d’Île-de-France, analyse ici les poussées d’antisémitisme.

Approfondir votre lecture