Bienheureuse Eugénie Joubert, catéchiste et « sourire de Dieu » auprès des enfants

Bienheureuse Eugénie Joubert, religieuse et catéchiste auprès des enfants.

Bienheureuse Eugénie Joubert est une jeune femme religieuse et catéchiste, morte au tout début du 20ème siècle avant d’avoir 30 ans et béatifiée en 1994. Sœur de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur dont le but principal est l’enseignement du catéchisme, elle a été citée en exemple parmi les « Saints évangélisateurs » lors du IIIème Congrès international de catéchèse à Rome en septembre 2022. Elle est fêtée le 2 juillet.

Une jeune vie pour Jésus (1876-1904)

Eugénie Joubert est née et a été baptisée à Yssingeaux, non loin de Notre-Dame du Puy, le 11 février 1876. Elle entre dans la vie religieuse à 19 ans et prononce ses vœux le 8 décembre 1897. Envoyée comme catéchiste à Aubervilliers, elle se dépense sans compter, avec entrain et gaieté, pour les enfants les plus pauvres. Elle rayonne par sa charité toute simple. Elle enseigne le catéchisme. Elle sait calmer et même captiver les enfants turbulents. On lui confie les plus difficiles.

Bienheureuse Eugénie Joubert, religieuse et catéchiste française.

« Sœur Eugénie Joubert, nous est proposée en vivant exemple de l’action de Dieu dans un cœur humain. Chez elle aussi, l’éducation chrétienne fut décisive pour toute son action à venir. Deux ans avant sa mort, au terme d’une brève existence consacrée notamment à la catéchèse des tout-petits, elle laisse jaillir ce cri du cœur « Je veux être comme le tout petit enfant, porté dans les bras de sa maman ». Le Règne du Christ peut commencer dans le cœur d’un enfant. C’est ce qu’a compris Sœur Eugénie et c’est pourquoi elle mit tant de soin à préparer les plus jeunes à la première confession et à la première communion. Chacun, dès son plus jeune âge, est appelé à rendre témoignage à la vérité. Sans cesse, l’Eglise fera retentir les paroles du Seigneur: « Laissez venir à moi les petits enfants ! » (Mt 19, 14). Sans cesse elle le fera, car elle sait qu’aucun fils des hommes, aussi pauvre et aussi humble soit-il, n’est indifférent à Dieu. Dans le Royaume, chacun est appelé à entrer et les bienheureux, en nous y précédant, nous montrent le chemin. » (extrait de l’homélie du pape Jean-Paul II, lors de sa béatification le 20 novembre 1994)

En 1902, sa santé se dégrade, elle doit se reposer à Liège dans un monastère. Dès lors, sa vie sera faite de souffrance et d’inaction. Elle fera encore un séjour à Rome, mais la maladie reprend de plus belle. Elle revient à Liège. Elle se tourne avec confiance vers la Vierge Marie et vers Jésus pour y puiser lumière et courage. On la sent continuellement en prière. « Je prierai pour vous tous dans le ciel ». Le 2 juillet 1904, elle reçoit le sacrement des malades et la communion. Elle meurt en prononçant plusieurs fois le nom de Jésus, les lèvres sur un crucifix. Elle a 28 ans.

Son exemple pour les catéchistes

Sœur Eugénie Joubert est un modèle d’union à Dieu dans les petites choses. Elle nous apprend à vivre la sainteté au quotidien en nous rappelant que telle est notre vocation. Elle est un exemple pour tout catéchiste.

A Rome, le 20 novembre 1994, le pape Jean Paul II la proclame « Bienheureuse », en même temps que Mère Agnès de Langeac. Sa fête est célébrée le 2 juillet.

Elle disait :

Je ne suis jamais seule, mais toujours avec Jésus, Marie, Joseph.

La vie et la spiritualité de la Bienheureuse Eugénie Joubert

Découvrez dans ce flyer un résumé de la vie et la spiritualité d’Eugénie Joubert.

Sur le même thème :

Approfondir votre lecture