Faire route avec Marie : un jeu pour suivre ses pas de disciple

Le jeu, L’Oasis n°18 : Le Seigneur est avec vous

Cette démarche catéchétique est spécialement conçue pour vivre une rencontre en équipe d’adultes (catéchistes ou accompagnateurs, ou parents) à l’aide de la revue L’Oasis n°18, Hiver 2020-2021. Il s’agit d’un itinéraire pour, à l’aide de l’infographie des pages centrales, permettre avec d’autres de se situer, de relire sa pratique, sa manière de faire et d’amorcer sa conversion.

« Faire route avec Marie »

Par son Oui, la Vierge Marie a donné naissance à Jésus, Fils de Dieu. Dans l’Evangile sa présence est discrète mais réelle, de même que dans les premiers temps de l’Eglise. Aujourd’hui comme hier, les chrétiens la prient avec ferveur. Elle est pour nous le modèle du disciple missionnaire.

Un itinéraire en 4 étapes – 1h30

Visée catéchétique :

Le Directoire pour la Catéchèse de 2020 nous rappelle au numéro 127 que les catéchistes « ont pour exemple Marie, « le modèle maternel dont doivent être animés tous ceux qui, associés à la mission apostolique de l’Eglise, coopèrent pour la régénération des hommes. » (Lumen Gentium n°65) ». Par cet itinéraire, découvrons Marie, modèle du disciple-missionnaire .

Matériel : Accompagnez-vous de la revue L’Oasis n°18 à télécharger ici

Pour l’étape n°1 :

Pour l’étape n°2 :

  • Une jarre, ou un pot, à mettre au centre de la table
  • Télécharger et imprimer en A3 le plateau de jeu
  • Télécharger et imprimer recto-verso les cartes

Pour l’étape 3 :

Pour l’étape 4 :

  • La prière en page 8 de ce numéro.

Étape n°1 : Regarder – 20 minutes

Objectif de cette étape :

Partager, échanger sur nos représentations et notre lien à Marie.

Déroulement

Contempler en silence les visuels de la première à la dernière page du numéro puis échanger :

  • Que nous disent-ils de Marie ?
  • Quelle représentation me parle le plus ? Essayer de dire pourquoi.
  • Qu’elle représentation me parle le moins, me dérange ? Essayer de dire pourquoi.

Étape n°2 : Jouer – 35 minutes

Objectif de cette étape :

  • Faire route avec Marie.

Matériel :

  • Autant de cartes avec Marie au recto et un nuage au verso que de joueurs, à laisser de côté dans un premier temps.
  • 24 cartes avec Marie au recto et une phrase au verso.

Déroulement du jeu :

Déposer le plateau de jeu au centre de la table, ainsi qu’une jarre ou un pot qui puisse contenir les 24 cartes.

Distribuer une par une les 24 cartes aux joueurs, face cachée. Chacun prend en silence le temps de découvrir sa main. Puis, comme les serviteurs ont rempli les jarres d’eau, chaque joueur dépose ses cartes dans la jarre (ou le panier). Comme l’eau est devenue vin à Cana, elles vont prendre un nouveau sens à la lumière des échanges qui vont suivre.

Celui qui a déposé ses cartes en dernier commence alors : il mélange les cartes et en prend une. Il répond à ce qui est demandé sur son verso (si besoin il peut appeler un autre joueur à l’aide). Quand il a répondu, il dépose la carte sur un bord la table, visible de tous. C’est ensuite au joueur qui est à sa droite de piocher à son tour, de répondre et de déposer sa carte à la suite de la précédente pour peu à peu constituer un chemin au milieu de la table.
Et ainsi de suite jusqu’à épuisement du tas.

Relire le jeu

Les joueurs reçoivent tous une carte nuage (avec Marie au recto) et écrivent dans le nuage une découverte, une conviction qui lui permet de faire un pas de plus, de faire route avec Marie vers le Christ en disciple missionnaire. Chacun garde sa carte en souvenir.

Étape n°3 : Approfondir – 30 minutes

Objectif de cette étape :

  • Parcourir quelques extraits des articles bibliques et théologiques de la revue afin de découvrir ce que l’Eglise nous dit au sujet de Marie.

Déroulement :

Lire l’introduction de l’article de la rubrique « Que dit la Bible ? » en page 4 et son paragraphe « Ils n’ont plus de vin » en page 5.

« Marie règne et nous invite à comprendre que croire c’est régner sur sa vie », dit l’autrice. Est-ce une définition de la liberté ?

Lire aussi la fin de l’article « Marie achève sa vie à l’ombre… » : comment réagissez-vous ?

Lire dans l’article de la rubrique « Un peu de théologie » en pages 10 et 11, le paragraphe « Trois étapes pour dire Oui ». Repérer ces 3 étapes.

Lire ensuite le dernier paragraphe « Le disciple, porte-Christ » : quels éléments de cette lecture nous permettent de comprendre comment Marie est la figure du disciple missionnaire ?

Étape n°4 : Prier – 10 minutes

Objectif de cette étape :

  • Déposer, recueillir les fruits de l’ensemble de ce qui a été partagé et vécu durant cette rencontre en le confiant au Père par l’intercession de la Vierge Marie ; prier.

Déroulement

Commencer par tracer le signe de la croix.

Lire ensemble la prière de la page 8.

Prendre quelques instants de silence pour faire résonner cette prière, et laisser jaillir en nous les images et les sentiments qu’elle évoque (personnellement).

Dire ensemble la prière du « Je vous salue Marie ».

Terminer la rencontre par le signe de la croix.

Approfondir votre lecture

  • Marie, disciple-missionnaire qui nous conduit au Christ

    La joie de Marie est de nous conduire au Christ. Elle est « Disciple-missionnaire » : les deux termes, « disciple » et « missionnaire », n’ont rien d’original. La nouveauté, c’est le trait d’union. Le trait d’union est plus fort que la conjonction « et ».

  • Pourquoi l’Eglise dit-elle que Marie est toujours vierge ?

    “Pourquoi l’Eglise dit-elle que Marie est toujours vierge alors qu’elle a donné naissance à un enfant ?”, voici une question à laquelle Noémie, catéchiste a des difficultés à répondre. C’est Monseigneur François Kalist, archevêque de Clermont, qui lui propose une explication de cette affirmation de la foi.

  • Marie dans la Bible, une présence de qualité

    Que dit la Bible ? Peu de passages bibliques parlent de Marie, et pourtant elle est très présente dans l’Ecriture. Les évangélistes Matthieu et surtout Luc vont nous présenter la naissance de Jésus, dans ce que l’on appelle les évangiles de l’enfance. Chez Jean, la mère de Jésus (qui n’est jamais nommée) encadre la vie de son fils : elle ouvre la vie publique du Christ avec les noces de Cana et se tient au pied de la croix, à la dernière heure.